être mère #6: c'est suivre son intinct

Aujourd’hui je vais vous parlé d’une amie, môman d’un petit Gustave (non ce n’est pas son vrai prénom!). 
A la naissance de Gustave les médecins ont détecté une poche au niveau du dos de liquide proche de la colonne vertébrale. Il s’est donc fait opéré très rapidement. 

Gustave a continué à grandir, sans aucun soucis, tout à fait normalement.

Et puis vers 18 mois, un matin, mon amie a retrouvé son Gustave léthargique dans son lit. Il ne voulait pas se réveillé. Elle et son compagnon appelle les urgences. Au téléphone, un médecin ne connaissant Gustave ni d’Ève ni d’Adam la rassure et lui dit que ce n’est pas grave. On la prenait pour une conne et on croyait qu’elle exagérait. 

Mon amie sentait au fond d’elle-même que c’était grave et avec son compagnon, ils ont filé aux urgences.
Imaginez les parents transportant leur fils léthargique. Rien qu’à l’image cela me fend le cœur.

Là , les docteurs ont fait une batterie de test et quand ils sont revenues, mon amie a vu que les docteurs étaient inquiets. Cela commençait à dangereusement s’activer autour de Gustave.
Les docteurs avaient diagnostiqués une méningite mais fait ultra rare , ils y avaient plusieurs types de bactéries. Et ça, c’est pas normal du tout. Donc ils poussent leurs investigations plus loin et découvre que près de là ou Gustave a été opéré, il y a une poche sur-infecté. C’était l’explication des différentes bactéries. 
Ce trouvant proche de la colonne vertébrale, l’infection avait toucher les système nerveux et avait paralyse Gustave à partir du bassin.
Gustave a été transféré dans un hôpital d’Angers, où des spécialistes Français et Anglais ont œuvré pour lui retirer cette poche et faire qu’aujourd’hui, Gustave est un petit garçon en pleine santé avec un IRM annuel pour surveiller sa colonne.

Si mon amie n’avait pas suivi son instinct, les conséquences auraient pu être dramatiques puisqu’il est passé à 2 doigts de perdre ses jambes. Après l’opération il avait 50% de chance de les  récupérer.
Le compagnon de mon amie m’a dit que sa femme a sauvé son fils. Qu’il n’y avait qu’elle qui paniquait et qui semblait au départ réellement réaliser que ce n’était pas normal.

Le rdv des Etre mère c’est chez Badidji
Donc un gros BOUUUUUUUhhh à l’incompétente du service des urgences téléphonique qui n’a pas su détecter l’urgence de la situation. 

signature2

2 thoughts on “être mère #6: c'est suivre son intinct

  1. Mon Dieu cette histoire me fait frémir… Je suis infirmière dans un service d'urgence et je suis confrontée malheureusement quelques fois (mais rarement) à des telles erreurs qui peuvent mettre en danger la vie des gens.

Comments are closed.