La raison de mon silence

Depuis quelques mois, je suis moins présente. Tu l’as forcément remarqué. Il y a des moments dans la vie où on se doit de faire ce qu’il faut et revoir ses priorités, et le blog ne l’était pas. Je communique régulièrement sur l’état de santé de Choupette, sur mes lectures, mes tests. Mais il y a des choses que je passe sous silence. J’en parle sans en parler, je reste vague.  Pendant presque 2 ans, je me suis mise de côté. Il a fallu me rendre à l’évidence, il fallait que je m’occupe de moi.

silence urgences

Il y a bientôt 2 ans, j’ai été opéré en urgence. On m’a retiré la vésicule biliaire. Suite à cette opération, j’ai été tranquille pendant environ 1 an et demi. Et puis, tout d’un coup, j’ai commencé à souffrir de douleurs abdominales et digestives. Je suis devenue intolérante à plusieurs aliments. Mais c’est suite à 3 passages aux urgences en 1 mois, à cause de ses crises (mais version puissance 1000) que je me suis enfin décidé à aller voir un gastro-entérologue afin de savoir ce que j’avais.

Ce docteur m’avait été conseillé par 2 de mes collègues. J’ai réussi à avoir un rdv 2 semaines après mon appel. J’étais contente, cela allait avancer rapidement. Erreur malheureuse! J’aurai dû le savoir pourtant: plus vite on a le rdv spécialiste, moins celui-ci est compétent! (et dans compétent… il y a … pétant bien sur mdr)

C’est donc non sans une certaine appréhension que je suis allée à mon rdv. Il aurait vraiment fallu que je fasse confiance à mon instinct. Aux premières hypothèses du gastro-entérologue, je ne la sentais pas. Je n’aimais pas sa façon de banaliser ma douleur. Mais bon, je souffrais et elle avait décidé de me faire passer une échographie et une fibroscopie.

C’était un samedi. Il pleuvait des cordes.  J’avais donc rendez-vous chez ma gastro-entérologue pour une échographie abdominale afin de contrôler l’estomac.

Quand on va à ce genre d’examen, on n’est jamais à l’aise. On s’attend toujours au pire. Je reste silencieuse pendant qu’elle fait glisser l’appareil sur mon abdomen. Je sais d’expérience avec mes grossesses, qu’il vaut mieux être silencieuse pendant cet examen pour laisser au praticien sa concentration.

« Respirez…. Soufflez »

« Respirez… Soufflez »

Elle inspecte mon estomac, mes intestins, et puis mes reins. Cela ne m’a pas paru étrange sur le moment, mais il est vrai qu’on peut se demander pourquoi un gastro-entérologue inspecte les reins. Et puis elle insiste, commence à prendre des mesures. Je trouve cela bizarre. Elle ne me dit rien. Elle est concentrée.

Alors j’ose… J’ose l’interrompre et lui demander  » Vous faites quoi là? »

Et elle me répond assez calmement : « Vous avez une boule d’environ 3.5cm sur votre rein gauche… vous n’avez rien sur le droit. Ce n’est pas ma spécialité, je ne me peux pas me prononcer »

Mon monde s’écroule. Je pense au pire. Tout se bouscule dans ma tête. Je lui dis: « J’ai peur »

 » Cela peut très bien être une boule de graisse, mais on va vous prendre un rendez-vous pour passer un scanner »

Pendant qu’elle fait son rapport dans son bureau, j’envoie des sms à Pôpa. Je sors du cabinet pleins de larmes, j’appelle mon conjoint. Il tente de me calmer.

On me prend rdv 1 mois après pour le scanner. 1 mois à attendre ce foutu examen. Et derrière , il fallait que j’attende 1 semaine pour avoir l’interprétation. Je ne pouvais pas attendre si longtemps. J’étais morte de trouille! J’ai fini par aller voir mon médecin traitant. Je lui montre les échos. Elle me dit « ça n’a pas l’air grand chose mais je vais faire accélérer le processus ». Elle me donne les coordonnées d’un cabinet d’imagerie où j’obtiendrai un rdv beaucoup plus vite en disant bien que j’appelle de sa part et que c’est urgent. Effectivement, 5 jours après j’allais passer l’examen (soit 3 semaines avant l’autre rdv).

Le jour de l’examen, à 5h30 je suis réveillé par une crise de douleurs. Atroce. Je décide d’aller aux urgences de l’hôpital, celui-là même où j’avais rdv pour le scanner. On me donne des antalgiques, de l’anti-acide et comme de toute façon je devais passer mon scanner là-bas et qu’ « on n’aura pas mieux en termes de rdv scan », et bien j’attends. Pôpa avait pris sa journée pour m’accompagner , ça tombait bien! Il a fallu gérer les petits.

Je passe mon scanner et là.. le verdict tombe! J’AI JUSTE UN REIN BOSSU! bordel! Elle a confondu mon rein avec une boule! Le mec de l’imagerie était comme fou. Il est venu me voir, a vérifié les échos. Il hallucinait!

Me restait à passer la fibroscopie. Je la passais la semaine suivante. J’en ai donc profité pour dire à ma gastroentérologue de réviser son anatomie que j’avais un rein bossu.

Bon la fibro… c’est vraiment pas une partie de plaisir. Je le savais, elle m’avait prévenue. L’examen se passe, non sans difficulté, mais au dire de la gastro-entérologue « tout va bien, il n’y a rien ». OK

Retour, case départ quoi! Pourquoi ses crises alors?! Je retourne voir mon médecin traitant. Elle demande un bilan sanguin et on voit que j’ai des gamaGT. Elle pense à de l’hérédité car ma mère fait naturellement des gama. Elle me met sous Inexium, gaviscon et motilium pour tenter d’apaiser mes douleurs. C’était début décembre.

Le traitement fait effet mais je souffre toujours régulièrement de crises abdominales moindres. Je fini par retourner la voir début janvier. Et là, je lui dis « j’en ai marre, je veux savoir ce que j’ai, j’ai encore fait 2 crises pendant les fêtes ». Elle me regarde étonnée et elle me dit  » vous ne savez pas ce que vous avez? mais moi je le sais! c’est marqué dans le compte-rendu de la fibro! Vous ne l’avez pas? Non?! Je vous en fais une copie! Vous faites des gastrites chroniques. Le gastro-entérologue  l’a marqué dans son compte-rendu de fibroscopie » .

Je tombe sur le cul. Je lui raconte alors la fibro et le « tout va bien » du  gastro-entérologue.

Mon médecin me dit alors que 90% des personnes sans vésicules sont sujet aux gastrites et que donc pour les gastro-entérologues c’est normal.

C’est donc normal de souffrir et surtout de ne pas avoir de traitement prescrit par le gastro?! Heureusement que mon médecin traitant a fait le nécessaire. Aujourd’hui, je vais mieux. J’aurai peut-être mon traitement à vie, mais je vais mieux. Et je peux vous assurer une chose: je ne remettrais plus les pieds chez cette gastro-entérologue!

Tout ce qui m’est arrivé dernièrement a bouleversé ma vision de ma vie. J’ai vraiment cru avec cette histoire de boule que ma vie était peut-être en jeu, que je ne verrais peut etre pas grandir mes enfants. Enfin tout ce qu’on peut psychoter quand on ne sait pas ce qu’on a et qu’on vous sort « vous avez une boule au rein » quoi. Désormais, je souhaite me concentrer sur l’essentiel. J’ai donc décidé que le mode slowblogging me convenait très bien pour le moment. Je préfère donc écrire du contenu plus fourni, plus réfléchi et de qualité (enfin je l’espère) , plutôt que de vous faire des articles  à la « va vite ». Et surtout, je vais surtout faire ce que j’ai vraiment envie de faire. La vie est trop courte. Je veux réaliser certains de mes rêves, même si cela n’aboutit pas. Je veux profiter de mes enfants. Et continuer de blogger of course car ca, je ne peux pas m’en passer 😉

ps: petit message personnel à l’ attention de cette chère gastro-entérologue…

signature2

5 thoughts on “La raison de mon silence

  1. Bon courage. C’est vraiment désagréable les gastrites (la mienne portait un autre nom mais ça doit se ressembler en terme de douleurs). A l’époque où j’avais consulté, le doc m’avait conseillé d’adapter mon alimentation (diminuer les produits laitiers par exemple). Ca peut peut-être t’aider ?

  2. Pfff… déjà son erreur est assez inacceptable (je n’y connais rien en écho des reins mais tu fais pas flipper quelqu’un si tu n’es pas sur de toi) , mais niveau psychologie et communication, elle en tient une couche… prends soin de toi <3

  3. Et ben … Vraiment elle aurait pu te donner les résultats, ou au moins son rapport, bref, dire que « tout va bien » parce que c’est « normal » d’avoir des gastrite ? non mais sans blague quoi !

    Je n’ai plus ma vésicule depuis bientôt 10 ans, et à part qq trucs qui ne passent pas (les épices notamment le curry) et les trucs trop gars (genre les repas de fête) je n’ai pas de douleurs mais j’aurais juste aimé savoir qu’il faut éviter de prendre de la codéine quand on a plus de vésicule, parce que ce jour là pour un gros rhume j’ai pris efferalgan codéiné, bah ça fait 5 ans et on s’en souvient encore, ça fait mal très mal ! Maintenant je prends vraiment peu de médicaments, même le doliprane j’attends vraiment d’être pliée en 2 !

    Je ne suis pas allée voir un gastro, j’étais suivi suite à ma seconde grossesse par un hépatologue sur Tours, malheureusement j’ai déménagé à plus de 500 km mais je l’aimais bien ce type ! un peu farfelus mais très à l’écoute et il connait le sujet !

  4. Eh bien encore un témoignage accablant pour le corps médical… Heureusement qu’il y a de très bons médecins mais c’est désolant de devoir les chercher ! Bon heureusement maintenant que le traitement est en place et te soulage, c’est tout de même un soulagement et je croise les doigts pour que ça dure !

Comments are closed.